Mille et une pages

01 octobre 2013

Voilà, c'est fini !!!!

Enfin pas tout à fait puisque ça continue ICI

Nouveau nom, nouvelle bannière

mais toujours la même gonzesse... tant pis pour vous !

Posté par Stephie76 à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

09 août 2013

Sans forme de Gail Carriger

    Il m'en aura fallu du temps pour le lire ce deuxième tome... et du temps aussi pour le chroniquer. Comme quoi, tout arrive...

sans forme

    Dans ce deuxième tome, on retrouve nos deux héros, mariés et toujours aussi taquins l'un envers l'autre. Quand des faits étranges semblent empêcher Lord Maccon de se transformer correctement en loup-garou et que cela ne semble pas affecter que lui, il disparaît quasiment pour régler ce problème, laissant Alexia seule et perplexe. Celle-ci furieuse de devoir gérer une armée de loups-garous plantée dans son jardin, une amie qui s'entiche d'un homme qui n'est pas de sa condition et une soeur odieuse, va décider de ne pas se laisser ainsi mettre au rencard et de prendre les choses en main.

    Ce deuxième tome, même s'il m'a moins plu au niveau de l'intrigue que j'ai trouvée assez "fouilli" oserais-je dire poussive, m'a encore beaucoup fait rire. Les joutes verbales entre Maccon et sa femme, les situations impossibles dans lesquelles cette dernière se retrouve sont de vrais bonheurs de lecture. On sourit et on rit carrément à certains passages. Ce tome est à mon avis - et c'est souvent le cas des deuxièmes tomes de série on dirait - un moment important puisqu'il pose énormément d'informations, notamment sur le passé et la famille de Maccon. On se régale également du personnage de Madame Lefoux, française qui invente des choses à tour de bras et s'habille à la garçonne !

    Je ne vous en dis pas plus, c'est toujours agaçant de trop en lire sur une suite, surtout quand on n'a pas encore attaqué une saga. Alors au lieu de rester plantés là (rires), filez découvrir ce couple drôle et sulfureux.

Posté par Stephie76 à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 juillet 2013

Bartleby le scribe d'Herman Melville

    Oui, oui, je sais, ce n'est que mon deuxième classique de l'année alors que c'est sur mon blog que se tient le challenge. Poin poin

bartleby

poin. Mais, je vais me rattraper... Et puis ce titre, je l'ai exhumé de ma bibliothèque... dix ans qu'il attendait d'être lu. Ca ne nous rajeunit pas ma bonne dame.

    Une copine me l'avait conseillé quand nous avons décroché notre CAPES. Elle souhaitait étudier ce titre avec ses lycéens. Je l'avais donc acheté dans la foulée, curieuse. Et puis... Il m'a fallu dix bonnes années...

    Le narrateur possède une étude sur Wall Street. Il engage Bartleby en tant que scribe et attend donc de lui qu'il fasse de la copie. Au départ, l'employé est consciencieux et méticuleux. Puis petit à petit, il commence à rechigner poliment aux tâches qu'on lui confie, proférant sans cesse la même réponse : "Je ne préfèrerais pas". Le narrateur fait preuve d'une connerie sans nom patience à toute épreuve, se disant que ça finira bien par lui passer. Mais petit à petit, le Bartleby se fait omniprésent et le narrateur ne parvient pas à s'en défaire...

    Ce petit livre se lit assez vite, on y goûte une syntaxe parfaite et un goût du détail qui n'appartient qu'au XIXe siècle. On prend plaisir à voir se révéler petit à petit le personnage de Bartleby et à voir que cette stratégie de l'évitement poli est bien plus efficace qu'un refus de front. En effet, cela paralyse son employeur qui va lui passer, au final, tous ses caprices et excentricités. On se demande tout du long pourquoi cet homme ne se débarrasse pas de cet employé inutile et pourquoi il va même jusqu'à éprouver pour lui un sentiment qui mêle pitié et empathie. J'ai lu sur le net que c'est une théorie de l'époque visant à prouver qu'on lutte mieux contre l'Etat en le contournant plutôt qu'en l'affrontant. Un récit qui se veut donc philosophique... Ma foi, je pense être passée à côté de l'enjeu profond de ce texte et me dis qu'il serait temps que je remette un peu en route ces neurones qui m'ont jadis servi à faire des études de lettres... 

Challenge classique

Posté par Stephie76 à 09:28 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 juillet 2013

Une photo, quelques mots (3)

    Bon, j'essaie de prendre le rythme et de participer une fois de plus à l'atelier de ma copine Leiloona. Me suis amusée à faire des alexandrins rimés cette semaine. C'est un peu niais mais je voulais surtout voir si je pouvais me caler et écrire sur un rythme. C'est digne d'une collégienne mais je suis toute contente d'avoir réussi à écrire sans aucune difficulté des phrases de douze syllabes.

pissenlit

© Romaric Cazaux

 

Souffle et fais un beau voeu, si jamais tu y crois

Laisse voguer ton âme, c'est ainsi, tu le dois

Laisse-le s'envoler, c'est ainsi, y a pas le choix

Laisse-le s'échapper, après tout c'est son droit.

Alors fais un doux voeu, si tu penses que parfois...

Et puis mêm', fais-en deux, si tu es aux abois.

Ne cesse de souhaiter, c'est ce qui crée l'émoi.

Ne cesse de rêver, c'est le sel de la joie.

 

Et puis, si j'étais toi, je me souhaiterais, moi...

 

une-photo-quelques-mots1

Posté par Stephie76 à 05:00 - - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juillet 2013

Etranges rivages d'Arnaldur Indridason

Étranges-rivages

    On avait été privés d'Erlendur pendant deux tomes et on se demandait ce qu'il pouvait bien trafiquer pendant ce temps. On se demandait même si Indridason finirait par nous le rendre notre inspecteur. Je m'attendais à un retour du personnage mais ce n'est pas tout à fait ça, c'est beaucoup mieux. En effet, on retrouve Erlendur sur cette période qui couvre les deux romans précédents et où on se demandait ce qui se tramait de son côté.

    Cela fait plusieurs tomes qu'on le sait, la disparition de son frère lorsqu'ils étaient enfants est un drame dont il ne se remet pas. Comment faire son deuil sans corps, sans certitude ? Alors Erlendur retourne dans les fjords une ultime fois, afin d'essayer de raviver ses souvenirs et d'y trouver des réponses. A cette quête personnelle va se greffer l'histoire de Mathildur, jeune femme qui aurait décidé, un soir de tempête de neige dans les années 40, de s'aventurer dans la montagne, et qu'on aurait jamais retrouvée. Intrigué par ces histoires de disparition en montagne, Erlendur va exhumer un mystère non résolu et va creuser, dans tous les sens du terme, jusqu'à trouver une réponse à cette disparition.

    C'était un vrai bonheur que de retrouver Erlendur. Et comme d'habitude, ce roman ne ressemble en rien à ce qu'on pourrait attendre. Pas de meurtre a priori, juste un homme qui cherche la vérité sur son passé et ne peut s'empêcher de fouiner partout et de trouver des réponses à tout ce qui lui pose question. J'ai tout aimé dans ce roman qui, du coup, est mon préféré de la série : choix narratifs, secret autour de Mathildur, découvrir enfin le passé d'Erlendur sur cette histoire avec son frère. Erlendur est égal à lui-même : tempéré mais obstiné et c'est ainsi qu'on l'aime !

challenge thriller

 

Posté par Stephie76 à 11:44 - - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 juillet 2013

Un léger bruit dans le moteur de Munoz - Gaet's - Luciani

    Noukette, fournisseur officiel en BD du blog Mille et une pages, avait encore raison. Quelle BD, p*****, mais quelle BD ! Ca y

Un-leger-bruit-dans-le-moteur

dézingue à tout va ! Tout commence par la mort de la maman du personnage principal, un ptit gars tout jeune, la seule mort qui ne soit pas réellement sa faute. Il habite un trou paumé dans lequel personne ne s'arrête à moins de tomber en panne. Un trou paumé dans lequel tous les personnages sont à vomir, finalement, lieu de misère à l'état pur où tout le monde est moche, crade et un comportement dégueu. Alors comment s'étonner, au final, que ce ptit gosse ait envie de zigouiller tout le monde. Bon, certes, il a quand même éclaté la tête de son petit frère sur une pierre... mais c'était juste un demi-frère et il n'aime pas sa nouvelle mère. Et puis, tout le monde y a cru, à l'accident, alors forcément ça encourage à recommencer.

    Ce résumé vous donne déjà envie de vous évanouir, la BD va vous tuer ! Vous aimez ce qui est noir et grinçant, alors foncez car vraiment c'est une réussite à l'état pur. Si on est épouvanté de la violence du gamin, on ne peut s'empêcher, au fond de se réjouir qu'il fasse clamser cette bande d'ordures dans son village où il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Tout y est passé au vitriol : la religion, le racisme, l'inceste, la prostitution et le sexe en général, les abus de pouvoir en tout genre. Et puis, vraiment, il y a ce môme... flippant ! Coup de coeur pour le personnage de Laurie, forcément... mais je ne vous en dis pas plus car ça vous éviterait une bonne baffe psychologique. Et bon, y a pas de mal à vous faire du mal.

    N'oublions pas que c'est également une merveille visuelle. Peu de couleurs, avec des notes de rouge injectées de part et d'autre, afin de renforcer la violence de ce qui est contenu dans ces pages. Un môme super bien dessiné, yeux tout ronds, coupe au bol, auquel on ferait bien un gros câlin... avant de savoir ce que son coeur renferme de mauvais.

    Coup de coeur absolu donc ! Merci ma Noukette !

Logo BD Mango Noir

Posté par Stephie76 à 11:51 - Permalien [#]
Tags : , ,
22 juillet 2013

Une photo, quelques mots (2)

Ce que j'aime avec l'atelier de ma copine Leiloona, ce sont ces magnifiques photos à partir desquelles on peut laisser flotter son imagination. Merci cette semaine, pour cette photo en contre-plongée qui m'a permis d'écrire ces mots qui me rongeaient.

cour

 

  © Romaric Cazaux

 

Ma toute petite et pourtant ma si grande, aussi. Tu vois, quand on est parti, on est encore un peu là, à veiller sur les siens. A veiller mais à n'y rien pouvoir faire. Alors, moi, je suis là, désormais, invisible, à te voir de cet endroit dont on n'a aucune preuve qu'il existe vraiment...

    On se dit qu'on a fait des choix, qu'on a cru les meilleurs. Et puis au fond, on ne saura jamais.

    Fierté et orgueil m'ont fait me retirer et finir ma vie seul. C'était pas bien malin... Certains y ont vu manigance et mépris de ma part... là, où toi, mon enfant, tu n'as vu que le manque et l'abandon. Je sais, ma toute petite, que tu n'as pas compris comment j'avais pu détricoter autant d'années d'amour, autant de liens. Mais t'offrir la vision d'un homme malade et déclinant, c'était plus que ma fierté n'en pouvait encaisser. Je suis l'homme fort et arrogant, celui que rien n'ébranle. Et voir ton regard sur ma simple humanité défaillante, voir que cette fois, je ne gagnerais pas et qu'il ne resterait que l'ombre de celui que j'ai été... non, ça mon enfant, je ne pouvais nous l'infliger. Mais sache qu'à chaque instant, tu m'as manqué.

    Ne garde en mémoire que tous ces moments vrais, où tu savais que l'amour de ton grand-père n'était pas du chiqué. Une vie ne se résume pas qu'à quelques moments ratés, elle se cache aussi dans tous les non-dits, dans tous les regards, les pressions de main, les câlins... Ne laisse personne te dire qui a été honnête avec toi ni qui t'a trompé. Au fond de toi, tu le sais.

    Ma toute petite, je te dédie ces quelques mots que tu ne liras jamais. Et puis je serai toujours là mais tu ne le sauras jamais. Je ne serai plus qu'un regard bienveillant sur cette cour qui abrite ton quotidien, ton linge qui sèche, les rires de ton enfant. Finalement, on le dit souvent mais il est vrai que c'est pour ceux qui restent que c'est le plus douloureux. Car moi, je suis auprès de toi, pour l'éternité.

Posté par Stephie76 à 11:19 - - Permalien [#]
Tags : , ,
21 juillet 2013

Deuxième femme de Caroline Pochon

 

deuxièmefemme

  Hortense se remet d'une relation avec un homme. Ses parents semblent plutôt soulagés car ils ne voyaient pas cette union d'un très bon oeil. Hortense est blanche, l'homme noir et ses parents un peu réticents au mélange des cultures. Alors quand celle-ci décide de prendre des vacances en Afrique, les dits parents l'ont en travers du gosier. Mais Hortense veut découvrir ce continent qui la fait rêver. Et là-bas, c'est le coup de foudre pour Seydou, "le poète de Keur Massar". Elle va le suivre jusque dans son petit village du Sénégal pour y découvrir qu'il est déjà marié et sur le point de devenir papa. Mais Hortense va accepter de devenir une deuxième épouse et va découvrir la vie d'une femme au Sénégal.

    Le sujet me passionne et ce, depuis des années. J'avais lu les excellents Une si longue lettre de Mariama Bâ et Julétane de Myriam Warner-Vieyra (plus édité malheureusement) qui m'avaient, à l'époque, beaucoup touchée. Mais cette fois, le sujet abordant le cas d'une femme blanche, pas obligée de se retrouver embarquée dans une telle aventure, j'étais très curieuse. J'ai lu ce roman quasiment d'un trait, l'écriture est fluide, voire simple. Mais je n'ai jamais réussi à adhérer à l'histoire, ni à créer de véritable lien d'empathie avec les personnages, sauf peut-être avec celui de la première épouse. Les deux personnages principaux m'ont un peu déçue... Lui car je le trouve sans charisme et elle, parce que même si la critique est facile, je n'ai pas apprécié qu'elle aille se mettre dans une situation que des générations de femmes subissent en Afrique. 

    Vous l'aurez donc compris, pas de coup de coeur, ni sur le fond ni sur la forme.

Posté par Stephie76 à 11:40 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 juillet 2013

La fille sortilège de Marie Pavlenko

    C'est sur le blog de Mycoton que j'avais découvert ce titre et eu très envie de le lire. Je lis peu de fantasy, par manque de bonnes

FILLE SORTILEGE

références sans doute, et je n'ai pas boudé mon plaisir avec ce titre axé jeunesse, il faut le préciser.

    Erine vivait dans une Cité dirigée par six Clans. Chacun d'entre eux a une particularité et le plus souvent, on appartient au Clan dans lequel on est né. Mais parfois, on peut avoir envie d'appartenir à un autre Clan. Mais quand la demande est rejetée, le demandeur est banni. Et c'est ce qui est arrivé à Erine qui a dû apprendre à vivre en marge des clans, dans une société où tout rime avec survie et privations. Et elle va devoir affronter en plus les conséquences d'étranges changements qui se produisent et qui vont affecter son équilibre déjà fort précaire.

    J'ai trouvé cette histoire vraiment passionnante et l'univers créé fort bien installé. L'auteur installe une société régie par des règles précises, dans laquelle chacun doit trouver sa place sous peine de vivre une existence bien pénible. J'ai beaucoup apprécié la description du fonctionnement de chacun des Clans ainsi que de leurs modes de fonctionnement. Les personnages m'ont beaucoup plu également. Erine est une jeune fille fort courageuse, dotée également d'un très grand coeur. On le sent dans sa manière de parler de Malcor, ce compagnon qu'elle a perdu mais également dans la complicité qui la lie à Arkadi, le jeune infirme avec qui elle entretient une relation quasi-fraternelle. L'histoire avance bien, se nourrissant progressivement de révélations et s'étoffant d'informations rendant plus dense et plus complète l'univers proposé.

    Un style simple, pas de phrases à rallonges mais un vocabulaire soigné et précis. Je valide !

    Il semblerait que ce roman soit un volume unique. Je dois confesser que, pour une fois, j'aimerais suivre les aventures d'Erine plus avant, d'autant que la fin donne envie de savoir ce qui pourrait advenir ensuite. A suivre, donc...

Posté par Stephie76 à 09:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 juillet 2013

Le manuel du sérial killer de Frédéric Mars

le_manuel_du_serial_killer

    J'avais adoré Non Stop, du même auteur dans la même collection et je me suis régalée également avec ce titre !

    Tom Harris est un jeune étudiant à Harvard. Mais pas un étudiant comme les autres... Arrivant d'un foyer où il a été élevé après la mort de ses parents, il doit se soumettre à une thérapie afin de continuer à toucher la bourse qui lui permet de suivre ses études. Quand des enfants meurent dans des circonstances rappelant étrangement le mode opéartoire d'un meurtrier en série ayant pourtant été arrêté et executé des années auparavant, il se voit étrangement confier des rôles dépassant le cadre de ses études. On lui adjoint une autre étudiante qui, curieusement, porte le même patronyme que lui... Mais quand il se retrouve, bien malgré lui, considéré comme l'auteur d'un livre intitulé Manuel du sérial killer, les choses vont s'emballer et sa vie basculer.

    Comme d'habitude, pour ce genre de roman, on va éviter de trop en dire. En effet, il faut reconnaître que cette histoire est vraiment très bien construite et qu'elle nous mène où elle veut du début à la fin. Je ne saurais vous dire combien de fois je me suis dit "Ah, ah, j'ai compris" et puis en fait, non... Pendant ma lecture, je me suis pensée fine... à me dire "Ah, mais là, le bougre, il semble avoir oublié ce détail"... or, pas du tout, tout est récupéré et réutilisé au bon moment. De même, certains événements me semblaient improbables et pour cause... Ils ne l'étaient pas puisque tout rentre savamment dans le projet d'écriture de l'auteur, qui en plus avait finement donné tous les indices nécessaires.

    Un roman bien construit, haletant, avec des personnages vraiment intéressants, cachant tous des secrets sur un passé bien trouble. Et un épilogue très malin, sous forme de notes additionnelles, dans lequel on s'aperçoit que le manipulé n'est pas celui qu'on croit ! Tom Harris est un personnage passionnant et flippant à la fois ! 

challenge thriller

 

Posté par Stephie76 à 08:40 - - Permalien [#]
Tags : , ,


Fin »